Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2009

Souvenir d'automne

Souvenir d'automne (acrylique sur toile, 21-12-09).jpg

Sous les hautes ramures décoiffées par le vent,
Je m’enfonçais, l’épaule courbe et le front bas.
Sur la sente qui se déroulait sous mes pas,
Ma botte se faisait lourde, et le sol fuyant.

D’un ciel saturnien tombait la loi mortifère
Du temps, rongeant tout, des feuilles laissant les nervures,
Et la terre assombrie de leur pourriture
Déversait son humus au pied de la fougère.

Au loin résonnait l’écho des hommes au labeur,
Rentrée des troupeaux et récolte des regains.
J’allais plus avant dans une brume d’airain,
Matité où se perdaient leurs sourdes clameurs.

Tandis que je voyais approcher la clairière,
La nuit se parait d’une plus longue robe.
Les branches où pesaient la châtaigne et la sorbe
Resserraient sur moi leur étreinte mensongère.

Mais ni l’orme ni le tremble dans ce tourment,
Où se consumaient en ultimes flammes rousses
Quatre vingt-neuf jours déclinant en pente douce,
Ne purent freiner ma course jusqu’au jour naissant.

Dans les premières lueurs de l’astre matinal,
Mon doigt gourd sous le gant put enfin caresser
La noire frondaison de tes cheveux dénoués,
L’éclat mordoré de ta beauté automnale.

(Poèmes marciens, 12/2009 ; Marc Novost, tous droits réservés)
(Acrylique sur toile : Autoportrait, Violette Prems, 21/12/2009, tous droits réservés)

30/11/2009

Amours cuivrées

 poésie,amours cuivrées, peinture, violette prems, autoportrait

Sous la dentelle et le satin, je t'aimerai
Dans ta nuque souple et sur ton sein, je répandrai
Une fine poussière d'or dont nulle déesse,
De Cuzco jusqu'à Angkor, n'eut jamais promesse !

Et nous irons en front de mer, voir le lointain
S'empourprer dans le feu solaire, âtre marin
Qu'un reflet dans tes prunelles, diamants sombres encore,
Fera paraître éternel, plus clair que l'aurore !

Danseront les feux de Saint-Elme, crépusculaires
Enlumineurs de ces deux gemmes, qu'oncques lunaires
Ni terrestres contrées n'ont osé receler.

Sur ton épaule aux noirs éclats, je dormirai
L'âme emplie d'un chaste sabbat, et rêverai
Au lendemain forgé de nos amours cuivrées.

(Poèmes marciens, 11/2009 ; Marc Novost, tous droits réservés)
(Acrylique sur toile : Autoportrait, Violette Prems, 03/12/2009, tous droits réservés)