Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2008

Erin go bragh (Irlande, à jamais)

Lorsque la brume désire la lande
Dessus le
sidh des voiles se tendent
Le vert se fond en gris de pierre
Trésors enfouis des temps d'hier

Nés du bruissement des feuilles d'un chêne
De la déesse - ô Korydwenn ! -
Les vents balaient les longs cheveux
Et chassent les saints sous d'autres cieux

Toi, Shannon, serpent indompté
Emporte le fruit du noisetier
Que le saumon dans sa sagesse
De savourer n'aura de cesse

D'un comté l'autre, Munster, Leinster
Connaught toujours, rêver d'Ulster
Et par Tara, cité du Roi
Prendre la route qui mène à toi

Murs de pierres sèches ou murs de chaux
De part en part résonne l'écho
Jusqu'au sommet de chaque colline
Comme un druide lance un
glam dicinn

Ma mie loin de toi me retient
Comment choisir entre deux biens
Jamais la mer ne traverser
Hélas pour moi je souffrirai

Mais chaque soir puisque je t'aime
Au cœur d'un livre ou d'un poème
Par la pensée te gagnerai
Et dans tes contes m'endormirai

(Poèmes marciens, 10/2008 ; Marc Novost, tous droits réservés)

Les commentaires sont fermés.