Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2011

Aux portes de l'hiver

Je vis aux portes de l’hiver,
Dans mes mains, un soleil rouge
Sous un ciel où rien ne bouge,
J’envoie le ballon dans les airs

Le globe vermeil retombe,
Lune de glace et d’argent,
Entre les arbres indifférents
À la neige qui les plombe

Vient l’ange souriant d’hier
Donner son baiser de givre,
Des saisons fermer le livre

Au seuil des portes de l’hiver,
J’enterre ma solitude
Telle un œuf de cistude

(Poèmes marciens, 22/12/2011 ; Marc Novost, tous droits réservés)

Les commentaires sont fermés.