Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2009

Dévoraison

poésie, la semeuse aux deux visages, peinture, violette prems, saisons

Monotone n'est pas austère
Alors viens, lis vers et chante
Même si moi, j'erre sûr d'effroi
Prie un temps - oh, pas que pour moi !
Pour celles aussi qui étaient
En creux de vagues, en roux sillons,
Telles les seize ondines
À la table de Kronos

***

Mon automne n'est pas austère
Alors viens, l'hiver, et chante !
Même six mois... gerçure des froids...
Printemps - Ô Pâques, pour moi !
Pour celles aussi qui - été,
En creux de vagues, en Roussillon -
Telles les saisons, dînent
À la table de Kronos

(Poèmes marciens, 22/05/2009 ; Marc Novost, tous droits réservés)
(Acrylique sur toile : Saisons, Violette Prems, 14/04/2010, tous droits réservés)

15/05/2009

Au son de la flûte de Pan

Au son de la flûte de Pan (acrylique sur toile, 03-02-10).jpg

Dans l'effacement de la volonté des dieux, le Cosmos ne nous parle plus que le langage de la fureur des éléments, réponse à nos folies. Tempêtes et raz-de-marée. 
Désenchantée, la Terre a perdu Harmonie et Mélodie ; son Chant n'est plus que Cri. Mahler et Munch réunis.
Saurons-nous entendre ce mugissement, pareil à celui qui retentit à la mort du grand Cornu ?
Aveugles, serons-nous également sourds ?
Non ! Un souffle anime encore la flûte de Pan !
Par la musique et la poésie, nous retrouverons les dieux.
Sous une autre forme, avec d'autres noms, n'en doutons pas, ils reviendront.


(Carnet vert, 15/05/2009 ; Marc Novost, tous droits réservés)
(Acrylique sur toile : Au son de la flûte de Pan, Violette Prems, 03/02/2010, tous droits réservés)